Ecouter le bruit de la forêt qui pousse…plutôt que celui de l’arbre qui tombe

J’entame ma formation à l’Institut des Futurs souhaitables, une navigation vers un monde en train de naître et nous 25 chercheurs en futurs souhaitables en train de voguer à sa rencontre. En 2015 la nouvelle terra incognita se laisse découvrir à travers les yeux de 55 pionniers du nouveau monde, qui sont postés comme autant de phares pour nous aider à voir plus loin.

Je m’appelle Samuel, j’ai 26 ans, et en tant que chroniqueur pour la 7ème Lab Session je vais tenter de vous relater « le bruit de la forêt qui pousse…plutôt que celui de l’arbre qui tombe» .

Lab#7, jour 1

Le 1e jour d’une Lab Session c’est l’excitation qui prédomine, tu scrutes tes voisins, cherches à deviner qui est qui, apprends à apprivoiser un groupe en train de se former. C’est toujours beau la création d’un groupe, ce moment où on ne sait pas trop si la mayonnaise va prendre, quelle goût elle aura, quelle consistance.

À ma gauche Laurent, directeur artistique pour une agence de communication. A ma droite Genevieve, la directrice développement durable d’un grand groupe. En face de moi, Emilie, architecte au grand Paris. Et derrière, Eric, facilitateur en intelligence collective.

Pour moi un voyage a toujours été la promesse de rencontres. Se laisser surprendre par des inconnus que l’on prend le temps de découvrir. Et dans le choix des personnes qui composent cette Lab#7, tu comprends que les co-équipiers qui vont faire ce chemin avec toi auront autant, sinon plus d’importance que les intervenants qui vont se succéder sur l’estrade.

Alors tout au long de mes articles, je vais parfois laisser la parole à certains voyageurs de la Lab Session.

Pour résumer cette première journée, je voudrais tout d’abord partager avec vous 3 citations.

« L’urgence du temps long ».

« L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare ».

« Ce n’est pas l’histoire qui se répète, mais les comportements humains ».

Mais si personnellement je ne devais retenir qu’un enseignement, je choisirais plutôt un des ateliers que nous avons suivi, la chasse aux idées reçues. Parce que « changer de regard sur le monde, c’est déjà changer le monde ». Ce regard on ne le change pas seulement sur le monde. On le change aussi et surtout sur soi.

Samuel Chabré, Community Developer Ticket for Change

1*dSCdrMjoZQNRPe5wtefuBw